Paul Morlet : succes story d’un entrepreneur parti de zéro

Paul Morlet

Paul Morlet a bâti sa fortune sur une affaire de lunettes. C’est une personne qui a connu une grande ascension dans l’entrepreneuriat en si peu de temps. Il a joué sur une main dont il détient la carte forte, qui connaît peu de temps après une ascension phénoménale. Quels sont alors ses parcours qui ont permis de le placer là où il est aujourd’hui ?   

Un esprit mature dans un corps jeune

Paul Morlet est un jeune entrepreneur lyonnais. Il est très ambitieux et très déterminé. Il a misé sur une gestion qui s’oppose à l’ordinaire, le Paul Morlet management. Un vendeur de lunettes classique arrive à vendre 4 à 5 paires de lunettes par jour, Paul Morlet se fixe l’objectif audacieux de vendre 300 lunettes par jour en défiant les sociétés de grande marque de lunettes avec une stratégie offensive de vérité des prix. Il doit alors créer un process industriel en 3 mois pour arriver à fournir ces 300 paires. Avec les incertitudes de temps en temps, les doutes qui planent parfois, il s’enfonce réellement pour créer ce dont il s’est fixé comme objectif. Malgré son jeune âge, il raisonne comme une personne mature et expérimentée, prête à relever un défi de taille surprenante. En trois ans, il a fait main basse sur 3,5 % de ce marché.

Un parcours académique peu surprenant

Paul Morlet a un parcours académique ordinaire comme tout le monde. Il a été orienté par son prof d’éducation sportive à la filière de l’électricité. À 18 ans, il a eu son BEP sans une carrière envisagée dans ce domaine. Il a passé ensuite un bac pro en informatique. Il décroche un Contrat à Durée indéterminée au salaire d’un SMIC dans un groupe de radio. En se rendant compte de la somme modeste qu’il gagne chaque mois, il a décidé de tourner vers quelque chose qu’il aime. Alors, il a su créer une affaire qui marchait avec les 5 000 euros de son économie personnelle en s’inspirant d’une publicité passée à la télévision. Il a créé des lunettes publicitaires bon marché sur lesquelles sont collés des stickers micro-perforés.  

Sa rencontre avec Xavier Niel a apporté une autre dimension à sa vie. Ce dernier a demandé d’inventer un concept de lunettes de vue à faibles coûts, produites en Chine et disponibles immédiatement en magasin. Ainsi naquit le slogan de l’entreprise « lunettes à 10 euros en 10 minutes ».

Un très fort caractère

De nature enthousiaste et ambitieuse, Paul Morlet était sûr de lui et pensait que son idée allait marcher dès son lancement. Ce qui n’a pas été le cas au départ. Il ne s’est pas découragé et joue une carte forte qui allait tout basculer. Un pari gagné, ses lunettes sont portées par les célébrités internationales. En moins d’un an, il a fait un chiffre d’affaires de 1 million d’euros. Lorsqu’il a lancé sa première marque de fabrique Lulu Frenchie par une méthode assez marrante et osée, il a utilisé Twitter pour atteindre son objectif. Il a envoyé aux 500 célébrités les photos de ses lunettes avec leurs noms respectifs imprimés dessus. La plupart ont trouvé l’idée géniale et s’intéressent à ce concept. Paul Morlet est un jeune ambitieux qui n’a pas peur du ridicule. Le Paul Morlet management consiste à avoir de faibles marges commerciales, mais composées par une production très importante de ventes.

Lunettes pour tous

Lunettes pour tous est une enseigne d’optique qui a défié ses concurrents avec sa stratégie offensive. Elle écrase le marché avec des montures de lunettes pour 10 euros en 10 minutes, un record du jamais-vu. Son concept innovant est initié par paul morlet.  

La veille du lancement du premier magasin, une enquête sur les marges des opticiens sort dans les médias. En mai 2014, il y a la sortie du rapport sur le vrai prix des lunettes par la Cour des Comptes du Ministère de l’Économie. Le lendemain, Lunettes pour tous a ouvert son premier magasin avec des lunettes de vue à 10 euros en 10 minutes, un enchaînement temporel surprenant.   

En trois ans d’existence, l’entreprise ouvre un magasin tous les 6 mois, puis tous les 3 mois et aujourd’hui 2 magasins par mois, une ascension à une vitesse exponentielle. Paul Morlet envisage d’ouvrir 40 magasins en sus en 24 mois. Le jeune entrepreneur est ainsi cité dans plusieurs articles de presse pour son élan incroyable. Son entreprise se déplace à la vitesse de la lumière, toujours plus vite, toujours plus loin avec un horizon à l’international. Elle ne se réfère plus au magasin local, mais à l’évolution de l’internet avec les géants du marketing qui a su bâtir un empire avec le même concept. Paul Morlet envisage même une stratégie de vente avec une logistique massive pour assurer les commandes internationales en fixant la production en France, une idée digne d’un grand esprit.